Une pratique basée sur la danse créative et la méthode Feldenkrais.
Témoignages

2006 | Nora 20 mois, la petite fille qui tombe sans cesse.

Etude de cas, et témoignage écrit de la maman, décembre 2006 - Genève. Suivi uniquement en Feldenkrais.

Le diagnostic médical :

Nora tombe tous les trois pas, de tout son poids comme une quille raide et lourde. En déséquilibre permanent, elle se cogne sans cesse partout. Le diagnostic médical ne décèle aucun trouble : « Tout va s’arranger naturellement en grandissant. »

Résultat :

En 10 séances d’1h, soit 10h sur 2 mois 1/2, Nora ne tombe plus.

En Feldenkrais, des témoignages et des résultats éloquents et rares.

Résumé des observations cliniques :

  • Nora adore venir aux séances. Sa motivation est pleine. Elle est ouverte, très vive et joyeuse dans sa manière de communiquer, d’observer et d’apprendre.
  • Elle est équilibrée psychiquement, cognitivement et socialement.
  • Nora marche avec l’habitude de serrer très fort des objets dans les mains. Elle avance un peu à la fois, avec grande difficulté. Elle ne recule, ni ne se retourne. Elle ne sait pas rouler. Elle a besoin d’aide pour grimper.
  • De mon point de vue, il est évident que Nora tombe à chaque pas. Le haut de son corps est désorganisé, avec une nuque totalement raide. Le réflexe de redressement n’est pas activé. Aucune adaptabilité du haut du corps, des bras, de la tête et du regard n’est disponible, ni dans la verticale ni dans la marche.

La clef de la problématique :

Nora fait inconsciemment comme maman. Elle immobilise le haut de son corps (suites d’un accident qu’a eu sa mère il y a longtemps). Maman et Nora ont pu communiquer et différencier la situation : chacune son histoire. Le problème de Nora ne se serait pas résolu de lui-même. Il aurait péjoré lentement et sûrement. Le schéma de l’équilibration et de la marche était trop désorganisé.

Résultats :

En 10 séances d’1h, soit 10h sur 2 mois 1/2, Nora ne tombe plus.

Elle rattrape les mois d’apprentissage restés en limitation. Au lieu de se sentir tomber à chaque pas, d’être frustrée dans ses limitations, elle contacte, goûte et profite pleinement de la joie intense que représente la découverte du monde dans le plaisir de bouger librement.

  • Nora peut aller et venir, conquérir le monde en marchant, en courant, en tournant sur elle-même, en roulant, en jouant. Plus aucune contrainte d’organisation corporelle ne l’empêche d’apprendre et d’explorer selon ses motivations.
  • Elle n’a plus besoin de tenir des objets dans les mains. Ses bras sont maintenant fonctionnels pour la motricité fine, les jeux de ballons, et aller vers les autres.
  • Elle est désormais organisée, dans son ensemble, fonctionnellement et naturellement.

Témoignage de la maman :

« Je suis maman, la maman de Nora, ma fille. Je sentais le déséquilibre, mais je n’avais pas la clef. Et puis vous avez su mettre un espace entre elle et moi, un regard différent. J’ai observé ses hésitations, je l’ai vue investie, motivée, impliquée, si concernée. J’ai compris le LIEN, son dos imitant le mien, j’ai mis des mots sur mon histoire. Elle a écouté, concentrée et grave. Elle a dit : “je t’aime.” Elle a compris que son dos n’était pas le mien, elle a dansé de plus en plus, tourné comme une belle robe. Depuis ce jour, elle marche et ne veut plus s’arrêter de marcher. »

2004 | Théo 7 ans, le petit paraplégique qui se remet debout – 1/3.

Extrait du film hommage «30 ans de carrière» de Mara Vinadia, réalisé en 2013 par l’agence Citron Zébré.

Durant l’accompagnement de la famille de Théo : le corps médical est incrédule ! L’IRM de juillet 2005 compare la moelle épinière une année après l’accident. L’hématome est résorbé à 80 %. L’endroit de l’hématome apparaît en blanc, la preuve que les connexions neuronales moelle-cerveau passent bien à nouveau.

« C’est impossible disent les médecins. Avec ce qu’il a eu, il ne devrait pas pouvoir faire toutes ces actions.»

Sur les images, présence des parents et de la soeur de Théo, de Mara Vinadia, pédagogue du mouvement, praticienne Feldenkrais suivant Théo, de Sylvie Fortin praticienne Feldenkrais venue observer le travail de Mara Vinadia.

 

2004 | Théo 7 ans, le petit paraplégique qui se remet debout – 2/3.

Etude de cas, et témoignage écrit de la maman de Théo, novembre 2004 - Genève.
Suivi rééducatif principalement en Feldenkrais.
 

Diagnostic :

Paraplégie survenue en une journée à l’âge de 6 ans ½, en Juin 2004, à la suite d’un hématome intra-médullaire au niveau des vertèbres dorsales T5 à T11, en lien avec la maladie de Rendu Osler.

Les médecins affirment : Théo ne marchera plus jamais.

Théo est suivi médicalement pour les contrôles neurologiques et organiques.

  • En 60 heures de travail, sur 1 an et 2 mois, Théo marche en déambulateur avec des attelles fixes.
  • En 2 ans 3/4, Théo marche en déambulateur avec des attelles articulées.

Corps médical incrédule : L’IRM de Juillet 2005 compare la moelle épinière, une année après l’accident. En 27 séances, soit 40 h, l’hématome est résorbé à 80%. L’endroit de l’hématome apparaît en blanc à l’IRM, la preuve que les connexions neuronales cerveau/moelle passent bien à nouveau.

« C’est étonnant. C’est impossible. C’est un miracle. », disent les médecins. Le neuro-chirurgien de Théo, avec les vidéos des progrès à l’appui : « Avec ce qu’il a eu, il ne devrait pas pouvoir faire toutes ces actions. »

En Feldenkrais, des témoignages et des résultats éloquents et rares.

Résumé des observations cliniques :

  • Théo est avenant. Le contact est direct.
  • Dos et tête pratiquement immobilisés. Théo fait tout à bout de bras.
  • Forte spasticité.
  • Scoliose de 20° en janvier 2005.

Les séances sont d’une durée de 1h30. La fréquence est bi-hebdomadaire les deux premiers mois, puis hebdomadaire, enfin une alternance de cycle de séances et de pauses intégratives.

Résultats :

  • Les premiers mois, Théo retrouve ses sensations dans les jambes et les pieds. Les douleurs dorsales diminuent. La mobilité augmente de manière conséquente.
  • Durant la 2ème année de progrès, les ordres neuro-moteurs descendent progressivement de la colonne dorsale au bassin, aux cuisses, aux genoux, aux bas de jambes. Théo a retrouvé le plaisir d’aller à la piscine, il est littéralement comme un poisson dans l’eau, pirouettes et défis acrobatiques et techniques. Il fait du quad et pratique le vélo d’appartement.
  • Depuis la saison 2008/2009, sa motivation scolaire grandit et il réussit avec excellence.
  • A la 9ème séance, en 14h sur 3 mois / Janvier 2005. Théo marche à 4 pattes.
  • A la 23ème séance, en 35 h, Théo tient debout de lui-même, avec les attelles fixées aux genoux. Il commence à contrôler ses sphincters.
  • La scoliose est arrêtée et réduite.
 A la 26ème séance, en 39 h sur 7 mois / Juin 2005. Théo fait ses premiers pas en déambulateur, avec des attelles fixes aux genoux. Il avance ou recule. Personne ne le tient.
  • A la 28ème séance, il commande son bassin et le haut de ses jambes. 
Depuis la 40ème séance, en 60 h / Janvier 2006. Théo déambule maintenant aisément.
  • Il n’a que rarement des douleurs au dos ou à la nuque. La spasticité continue de régresser chaque mois.


Anecdote du printemps 2006 :

La psychologue scolaire se scandalise que Théo ne soit pas suivi en psychologie depuis le début de sa paraplégie.

« La méthode Feldenkrais est inutile. Elle demande aux parents de l’arrêter immédiatement. Théo doit apprendre à gérer ses émotions ». Mara pense tout haut : « Inutile ? une méthode qui accompagne l’enfant à mettre des mots sur cet accident, à ne plus avoir de scoliose, à quitter son fauteuil roulant pour marcher en déambulateur, à retrouver la motivation de vivre. »

Juillet 2007. Théo marche en attelles articulées.

Il se lève de lui-même, le plus souvent, de son fauteuil au déambulateur. Les reins fonctionnent très bien, à la surprise du médecin. Décembre 2008. Théo a 11 ans. Il commence à marcher en face à face avec un de ses parents, en appui réciproque sur les bras. Il avance ou recule. Il a ses attelles articulées.

 

Témoignage des parents :

Novembre 2005, une année après le début des séances.

« Tout commence le 26 juin 2004. Théo se paralyse en quelques heures. La moelle épinière a saigné, provoquant la perte de la marche. Nous sommes alors plongé dans l’inconnu total. Il subira une intervention. Il restera 3 semaines à l’hôpital avant d’être transféré dans un Centre de Rééducation Fonctionnel, situé à 100 Km de chez nous.

Théo ne rentrera que les fins de semaine. Il restera dans ce centre 5 mois et 4 jours. Ce fut pour nous et Théo un véritable enfer. Nous pensions allait avoir la meilleure prise en charge possible sur le point de la rééducation fonctionnelle. Cela n’a pas été le cas. Déjà, lors de notre premier entretien : « Il faut attendre 4 mois, si rien ne bouge d’ici là, on sera fixé sur l’avenir de Théo. »

Passé 4 mois, la rééducation a été mis de côté, ils se sont axés sur la réadaptation et sont entrés dans une phase de sur-médicamentation : à la fin de son séjour, il prenait 16 médicaments par jour. Théo régressait à vue d’œil. Dans ses attelles, dans les barres parallèles, il ne parvenait plus à se tenir droit. Son dos était bloqué en position assise, et il a développé une scoliose. La décision a été de bloquer Théo dans un corset. Un corset pour finir de le bloquer, pour lui enlever le peu de mobilité qui lui restait !

Contre, nous étions contre ! A cette époque, nous cherchions une solution pour l’enlever de ce centre et le rapprocher de chez nous. Pour Théo, c’était devenu impossible, et, pour toute la famille extrêmement difficile. Le rapport avec le corps médical était difficile, nous n’étions pas entendu, on nous enlevait le droit de prendre des décisions. Nous avons finalement trouvé un autre centre près de chez nous. Ils nous laissaient partir à condition que le corset soit fait. On a accepté sachant que Théo ne le mettrait jamais.

Théo était en détresse. Vers qui nous tourner pour aider Théo ?

C’est juste à ce moment qu’une personne de notre entourage nous recommanda Mara Vinadia. Elle y emmenait son fils en consultation. Une fois sur place, le 3 novembre 2004, nous découvrons une jeune femme adorable, passionnée par son travail auquel elle consacre beaucoup de temps, et qui aime les enfants.

Dès la première séance avec Théo, on a su que l’on pourrait revenir, le courant est passé entre eux et c’était un critère important pour la réussite du projet. C’est inespéré pour nous, c’est une très grande chance que nous avons là. Sur la méthode, nous ne savions rien. Avec beaucoup de patience, elle nous expliqua son travail. Nous pouvions aussi assister aux séances, et ça pour nous, ce fût une nouveauté. Jusqu’alors au centre, il nous a toujours été refusé d’assister aux séances de rééducation de Théo. On le perturbait. Avec Mara, nous étions content, de voir, de comprendre et d’apprendre.


Quand nous avons commencé chez elle, Théo n’arrivait plus à faire grand chose. Il avait peur du moindre mouvement qu’il essayait de faire, il avait perdu tous ses repères. Elle a tout de suite vu qu’il était bloqué entièrement. C’était devenu un enfant triste, malheureux, qui avait peur de bouger et de tomber. Il dormait toujours du même côté sur son épaule droite, qui, à force, lui faisait très mal. Il avait perdu comment faire tous ses mouvements. Quand tout va bien, c’est si simple, tellement simple que l’on ne s’en rend même pas compte. Pour Théo, tout mouvement était devenu tellement compliqué !

Mara les lui a réappris aussi rapidement qu’il les avait oubliés. Depuis, il va mieux, il a beaucoup progressé! Il a retrouvé toute la mobilité de son dos, les torsions, l’équilibre, sa colonne est bien souple, sa scoliose n’est pas fixée, le bassin fonctionne. Il marche à quatre pattes. Dans ses attelles, c’est devenu plus facile, tellement plus facile qu’il se déplace maintenant avec un déambulateur. Il roule, il a retrouvé ses repères dans l’espace. Il n’a plus peur de tomber quand il entreprend quelque chose. Il est plus confiant, plus souriant. Il a retrouvé sa joie de vivre. Il bouge, bouge tellement qu’on se demande comment il fait ! Il n’arrête jamais, il veut y arriver.

Pour parler du travail de Mara, elle est à l’affût du moindre petit mouvement susceptible d’en déclencher un autre. Elle est d’une précision remarquable, si tel ou tel mouvement n’est pas fait comme elle le souhaite ou si Théo a bougé, elle arrête tout, le replace ou lui explique à nouveau ce qu’elle veut. Elle voit tout de suite si c’est bon ou pas. La plupart du temps, il faut qu’elle nous explique ce qu’elle fait, car c’est tellement fin qu’on ne voit rien. Elle travaille un mouvement et hop, une demi-heure après, elle voit la différence sur Théo, c’est plus clair, les informations passent mieux.

Mara nous a redonné confiance, lui a redonné confiance !

Cela fait maintenant un an que Théo pratique la méthode et c’est toujours avec autant de plaisir que nous nous rendons les mercredis chez Mara.
 Théo l’aime beaucoup, elle sait vraiment y faire avec lui, elle le fait rire, elle s’amuse … Pour lui c’est important.
 Entre le premier IRM et le second, il y a eu une évolution positive. Le neurochirurgien m’a clairement dit que c’était un miracle, que Théo n’aurait jamais dû évoluer comme il le fait. Ce que je trouve dommage, c’est que vu le changement entre les deux IRM, les médecins devraient chercher à savoir, à comprendre ce qui a été fait.

Pour nous, c’est certain, on en est intimement convaincu, c’est grâce à la Méthode Feldenkrais et à Mara Vinadia que Théo évolue dans le bon sens. 
Nous continuerons autant de temps qu’il en sera nécessaire. Nous lui serons éternellement reconnaissant de tous les efforts qu’elle a fournit pour améliorer la qualité de vie de notre petit garçon. Mara Vinadia fait partie de notre vie et de celle de Théo. »

 

2004 | Théo 7 ans, le petit paraplégique qui se remet debout – Témoignage d’un psychiatre – 3/3.

Témoignage audio, 2013 - Genève. En échos au visionnement du film hommage «30 ans de carrière de Mara Vinadia», Daniel Angel, psychiatre systémicien genevois, ayant travaillé avec Mara Vinadia, s'exprime.

«… En aidant Théo à se remettre debout, c’est toute la famille que tu encourages à se remettre debout.

Je suis frappée par ta présence et l’attention que tu portes aux êtres.

Je suis très touché par cet enfant qui retrouve sa capacité de bouger, de marcher.

Toi, comme une évidence, tu redonnes une place, un rôle à ses parents.

Spontanément, tu mobilises toutes les forces de l’esprit, du corps et du coeur. »

 

2000 | Aïdan 3 ans ½, le petit garçon aux vertèbres soudées.

Etude de cas, et témoignage écrit des parents, mai 2012 - Genève. Suivi uniquement en Feldenkrais.

Le diagnostic médical :

Scoliose congénitale avec vertèbres cervico-dorsales soudées. Aucune malformation dans le cerveau, ni dans la moelle épinière.

Résultat :

En 22 séances de 1 h, fréquence bi-hebdomadaire, soit en 22 h sur 10 mois, Aïdan devient mobile, la scoliose est arrêtée.

En Feldenkrais, des témoignages et des résultats éloquents et rares.

Résumé des observations cliniques :

  • Aïdan est équilibré psychiquement, cognitivement et socialement. Affectivement, je note timidité et réserve, inquiétudes et méfiance pour bouger et explorer en toute confiance.
  • La scoliose est sévère. La déformation du corps et la fixité de la posture sont très importantes. La tête est penchée. La cage thoracique est déformée.
  • Aïdan est rigidifié dans un schéma de compensation très prononcé de l’ensemble du corps.
  • L’équilibre est totalement instable. Sa peur de tomber est incessante. Fonctionnellement et émotivement, il ne peut se baisser pour prendre ou déposer des objets.
  • Aïdan ne sait ni rouler, ni grimper. Il n’a, ni rampé, ni marché à 4 pattes. Il s’est agrippé pour se mettre debout. Il ne se laisse pas toucher les côtes.
  • La colonne vertébrale est fixe, aucune flexion/extension, ni torsion. Les vertèbres saines n’ont jamais appris à bouger. L’usage des bras est extrêmement limité, la pronation/supination est quasi inexistante. Les omoplates, la tête et la cage thoracique sont fixes : aucune connexion entre elles. Les jambes ont des directions de mouvement très limitées.

La clef de la problématique :

Aïdan est à fleur de peau. Douleurs, inconforts et limitations sont ses seules références corporelles. Il manque de confiance en lui. Il a développé l’habitude de jeter les objets. Il évite de se retrouver dans toute situation où le corps se plie et se penche. L’estime de lui est très basse.

Résultats :

En 22 séances de 1 h, fréquence bi-hebdomadaire, soit en 22 h sur 10 mois, Aïdan devient mobile, la scoliose est arrêtée. Il découvre la joie de bouger librement et s’ouvre à un répertoire varié de mouvement. Etre en équilibre et explorer le monde sans entraves sont désormais disponibles :

  • Le schéma d’immobilité/frustration imprégné de ses peurs de bouger et tomber est déjoué.
  • Aïdan retrouve confiance. Il s’étonne, s’esclaffe, découvre l’agréable, le confort, le plaisir. Douleurs et peurs disparaissent.
  • L’image de lui-même est devenue positive.
  • La famille a quitté Genève. J’ai eu régulièrement de bonnes nouvelles : un petit Aïdan qui grandit librement.

Bilan pédiatrique à la suite des séances :

Le pédiatre reconnaît des progrès significatifs jamais vus depuis la naissance d’Aïdan. « Ce jeune homme a fait de nombreux progrès moteurs. Il marche, il est bien équilibré, il tient sa tête pratiquement de façon rectiligne. Le dos ne présente pas de déformation, sauf la voussure à la base du cou à droite. Les mobilités sont pour ainsi dire normales avec une rotation limitée à 80° des deux côtés, mais la flexion/extension est bonne et l’inclinaison latérale gauche et droite à environ 40°. Radiologiquement, il n’y a pas de péjoration nette de la déformation. Il n’y a donc aucune mesure thérapeutique à prendre, si ce n’est la poursuite de la surveillance.

Témoignage des parents :

« Aidan was first introduced to Mara Vinadia and the Feldenkrais method in the autumn of 1999. We were seeking a treatment for his posture as a result of scoliosis in his neck and chest region. We started in May 2000.

On that first meeting, I was impressed by many observations Mara made regarding how Aidan sat, stood, walked, reached, stepped and turned. I also remember Aidan’s unwillingness to let Mara put her hands around his chest. Over the months of therapy, we have seen Aidan exhibit greater and freer movement of his body. He was never confortable sleeping on his tummy but now he’s able. He could not before roll easily from his back to tummy well past the age of that developmental milestone. He used to keep his left leg bent and his right leg extended when seated but now positions his legs in various ways. He is left-handed, likely due to the scoliosis but several months ago he began to eat with his right or left hand. He used to run with his right arm tucked in like a folded wing.

He now holds both arms out at his side and swings them when he runs. He has grown move confident in his ability to run, jump (landing on 2 feet), climb and there is no doubt that his experience with Mara and the Feldenkrais method has greatly improved his overall mobility, flexibility and balance. »

1999 | Rebecca 3 ans ¾, la petite sauvage profondément plongée dans l’autisme.

Etude de cas, et témoignage écrit des parents, octobre 1999 - Genève. Suivi uniquement en Feldenkrais.

Le diagnostic médical :

Retard de développement, troubles envahissants et autisme.

En 10 séances de 1 h, fréquence bi-hebdomadaire, soit 10 heures sur 3 mois ½.

Résultat :

Rebecca devient une petite fille. Elle n’est plus tenue en laisse.

En Feldenkrais, des témoignages et des résultats éloquents et rares.

Résumé des observations cliniques :

  • Rebecca est tenue en laisse en dehors de la maison (sécurité oblige !).
  • Aucun signe de communication visuelle. L’attention fait défaut. Rebecca n’est pas présente, ni à son corps, ni à elle-même, ni à la vie. Le plus souvent, elle est silencieuse.
  • Rebecca garde au minimum trois mètres de distance envers les autres, sauf sa famille. Elle est dans sa bulle, repliée sur elle-même, repousse toute intention d’approche vers elle. Elle ne se laisse pas toucher.
  • Face à la frustration, aux limites, aux interdits et à l’autre, tout son être est imprégné du schéma d’action d’hyper-extension. Elle refuse, se tend en arc arrière, tremble, trépigne, se tétanise, déclenche des crises de cris et de violence contre elle-même. Elle s’exprime par des pleurs, cris rauques et stridents, râles graves, sons continus ascendant-descendant.
  • Rebecca n’est pas articulée, dans tous les sens du terme. Les mouvements fondamentaux manquent. La régulation du tonus musculaire ne se fait pas, elle ne sait ni s’abandonner, ni faire preuve de nuances.
  • Son mode d’apprentissage est uniquement en différé.

Au bout de 15 minutes, je saisis. Rebecca apprend et communique par imitations différées, tout en maintenant une distance de 3 mètres, sans jamais me faire face, en étant systématiquement de ¾ par rapport à moi. Branchée sur son regard périphérique, elle reproduit furtivement ou pleinement mes propositions avec un décalage de 6 à 7 séries d’actions. Je crée des séances en respectant la distance qu’elle impose.

Résultats

Progressivement, Rebecca sort de l’autisme :

  • La communication visuelle existe enfin et s’exerce, ses yeux dans les miens. La capacité d’attention se met en route. Rebecca devient présente.
  • Les fondements du langage verbal se font entendre : différenciation des sons, prosodie, respirations et rythmes. Les quelques mots dits sont justes et font exactement sens avec la situation.
  • Le schéma d’action d’hyper-extension est abandonné dans une harmonie avec la flexion, la régulation du tonus musculaire et les mouvements fondamentaux. Rebecca commence à se laisser approcher et toucher. Sa bulle de trois mètres se réduit pas à pas. Les nuances et la fluidité se développent. Le plaisir de l’action et de la découverte sont maintenant possibles.
  • La relation existe. Rebecca vient à moi d’abord sans me toucher. Elle me prend la main et m’invite au jeu. Elle vient à moi également lorsque je lui demande verbalement.
  • Rebecca commence à composer avec la frustration et les limites.
  • Son mode d’apprentissage est simultané.

La maman, lors du 1er rendez-vous – 1999 :

« Vous êtes la seule professionnelle avec qui elle a accepté de faire une séance depuis les 18 derniers mois. Avec vous, elle est en relation. Acceptez-vous de l’aider ? Les progrès de Rebecca se poursuivront de manière significative. Je la suivrai encore une année, à une fréquence hebdomadaire en incluant des pauses intégratives. Les parents quitteront Genève. Des nouvelles positives continueront à me parvenir. »

Témoignage des parents en 2000 :

« Ce que Rebecca a appris, dans les 4 premiers mois de suivi Feldenkrais :

  • Elle accepte de s’habiller facilement. Elle tend à garder ses vêtements. Elle avait l’habitude de les enlever le plus souvent.
  • Son comportement est de moins en moins sauvage, plus prévisible. Bien qu’elle soit encore dans la frustration parfois.
  • Elle saute, à deux pieds ou sur un pied. Alors qu’elle n’y parvenait pas. Elle roule.
  • Elle commence à parler. Avant, elle était une enfant très silencieuse. Elle parle même beaucoup, la plupart du temps à ses poupées et à elle-même. C’est une enfant très imaginative, toujours dans son propre monde, mais parlant désormais à des amis invisibles.
  • Elle a commencé à communiquer avec des mots, des phrases simples.
  • Rebecca indique toujours ce qu’elle veut par des actions plutôt que par des mots. Bien qu’elle parle de plus en plus.
  • Le contact des yeux est quasi permanent.
  • Sa compréhension ne cesse d’augmenter.
  • Elle peut aller faire un tour dans le supermarché par elle-même et revenir.
  • Elle est capable de d’attraper, de lancer, de faire rebondir une balle ou un ballon.
  • Elle aime peindre et faire du modelage.
  • Elle préfère toujours les adultes, mais devient plus sociable avec d’autres enfants.
  • Lorsqu’elle regarde une vidéo, elle répète exactement ce que font les acteurs. Avant, elle était immobile.
  • On peut demander quelque chose à Rebecca et elle obtempère. Avant, elle ne réagissait pas.
  • Sur le trottoir, elle prend la main. Avant, c’était impossible.
  • Elle ne mange plus les pièces du puzzle. Avant, c’était systématique.
  • A la ludothèque, elle découvre les jouets : avant, elle les mangeait, les déchirait, les jetait.
  • Elle commence à marquer un intérêt pour les livres, en présence de quelqu’un.
  • Elle est de plus en plus amie avec son frère. »

Des nouvelles de Rebecca, par sa mère, courriel de Février 2008 :

« Bonjour, vous avez suivi ma fille Rebecca. Elle est âgée de 12 ans maintenant. Elle s’est améliorée de manière fantastique pendant vos séances et cela se poursuit. Nous vivons maintenant en Angleterre. Elle continue la méthode Feldenkrais. Elle est tellement différente de la petite fille que vous connaissiez. Elle a appris la lecture et les mathématiques. Elle suit un programme scolaire à la maison avec moi, niveau 7-8 ans. Le travail que vous avez fait a transformé notre vie de famille et ma vie. Encore tous mes vifs remerciements. Il nous arrive parfois de venir à Genève. Nous ne manquerons pas de vous rendre visite. Rebecca dit qu’elle se souvient de vous, et je pense que c’est vrai. »

 

Cours adultes, l’enseignement de Mara Vinadia – Les mercis ! ​

Témoignages audio, période 1999-2017. Document sonore réalisé en 2013 par l'agence Citron Zébré. Musique J. S. Bach.

Elles-ils ont pratiqué ou pratiquent toujours avec Mara, en groupe ou en individuel.

Elles-ils expriment ce qui s’ouvre dans leur vie, ce qui se transforme, ce qu’ils ressentent de l’enseignement.

  • Avec Mara, nous avons la chance d'une transmission 5 étoiles avec mention.
  • Ton écoute et ton sens de la communication font que tu arrives à t’adapter à tout type de groupe en même temps qu’à chaque individu.
  • Tu as une rapidité d’analyse de la situation pour pointer l’essentiel et commencer très rapidement un travail de fond. Esprit ouvert et créatif, faculté d’arriver au bon en gardant une souplesse dans le chemin qui y mène.
  • Et ça entre dans ma vie de tous les jours, dans ma manière d’être, de bouger, de penser. Je dirai plutôt, ça croît de l’intérieur.
  • Je te remercie de nous faire partager la richesse de la méthode Feldenkrais par ta générosité, ton enthousiasme, toujours renouvelés, ta curiosité, ton ouverture aux autres.
  • Mara a une super écoute, une énorme connaissance de la méthode, une intégration mouvement-anatomie-psychisme. Créativité dans la recherche de solutions pour nous amener vers un idéal.

> Ecoutez la totalité du document sonore | extrait de centaines de témoignages !

Cours adultes Feldenkrais – Que vous apporte la méthode ? 1/2

Témoignage écrit. Interview de trois participantes par Mara Vinadia, mars 2013 - Genève.

Que vous apporte le Feldenkrais ?

Extraits :

  • Ahhhhh, ça, c’est génial ! C’est ça qui est frappant : avec cette manière de pratiquer le Feldenkrais, je trouve que l’on devient plus jeune en vieillissant. Normalement, quand tu vieillis, tu perds tes facultés, tu diminues, et là, au contraire, tu gagnes en ouverture, en fluidité.
  • En yoga, on nous dit qu’il faut écouter le corps, mais on ne nous donne pas les clefs. Dans le yoga, il faut sentir, mais, en fait, par habitude, on ne le fait pas, parce on fait tout par habitude. Le Feldenkrais, ça change les habitudes.
  • Ce qui est génial, c’est qu’en peu de temps, on change. On se rend compte que ce n’est pas figé. Pour moi, ça, c’est cadeau.
  • J’étais confrontée à un problème sans issue. Avec le Feldenkrais, je
    suis dans un processus tellement différent. Le corps n’est plus un
    ennemi.

> Lire la transcription intégrale de l’interview réalisé par Mara.

Anne :
Lorsque je veux expliquer à une personne ce que je fais dans les cours de Feldenkrais, j’essaie de ne pas avoir l’air d’une allumée, donc je dis que c’est biomécanique, que ce n’est pas une espèce de truc bizarre pour gens qui vivent sur une autre planète. Parce que personne ne connaît le Feldenkrais. Quand je dis « Feldenkrais », on me dit : « Felden-quoi » ?
J’explique qu’on a des parties du corps qui travaillent beaucoup, d’autres qui ne travaillent plus, et qu’à la longue, ça crée des douleurs. L’idée est de re-fluidifier tout ça et de réveiller des parties qui sont un peu mortes. Alors, les gens se disent : « Ah oui, c’est vrai ».

Sarah :
Moi je fais une comparaison avec le yoga. Je dis que c’est une autre entrée pour devenir plus conscient de son corps. Comme il n’y a pas de postures à avoir, comme il n’y a pas de bonnes façons ou de mauvaises façons de faire, on suit les instructions, et c’est par le mouvement que l’on sent comment on utilise son corps. Si on répète depuis 10 ans la même posture de yoga, on peut répéter la même chose, qui n’est peut-être pas la bonne façon d’utiliser son corps sans même s’en rendre compte. Alors que le Feldenkrais est une autre approche. Dans le yoga, on dit toujours, il faut écouter son corps, il faut sentir, mais, en fait, par habitude, on ne le fait pas, parce on fait tout par habitude. Le Feldenkrais, ça change les habitudes. En yoga, on nous dit qu’il faut écouter le corps, mais on ne nous donne pas les clefs.

Anne :
Je trouve qu’avec le Feldenkrais, on retrouve cette mobilité et cette liberté que l’on avait quand on était enfant. Pas totalement, mais on se dirige vers ça : une fluidité, une plus grande aisance, et un côté plus frais. Et, du coup, on va vers autre chose que juste le corps physique. On est un peu plus enfant, dans le bon sens du terme, après les cours de Feldenkrais je trouve.

Je parle toujours du fait que ce qui m’a amené au Feldenkrais est que j’ai un problème de dos. Car c’est la seule pratique que j’ai trouvée qui apporte un mieux être réel, une possibilité d’évolution, que je ne pensais pas possible. Souvent les gens qui ont des problèmes de dos se renforcent la ceinture abdominale ; maintenant que je fais du Feldenkrais, je vois que c’est absurde d’essayer de tirer sur le corps, de l’emmener là où il ne veut pas aller. On a une approche tellement différente avec le Feldenkrais.

Cybelle :
Je repense souvent quand Mara nous dit, il y a plusieurs manières de faire. Si on ne peut pas faire, on fait en pensée. Cela me revient souvent dans le quotidien. Si tu es devant une impossibilité ou tu ne sais pas comment faire, et bien, inventer autre chose.

Anne :
Entièrement d’accord avec toi.

Cybelle :
Ce qui est génial, c’est qu’en peu de temps, on change. On se rend compte que ce n’est pas figé. Pour moi, ça, c’est cadeau.

Anne :
Je trouve que l’on devient plus jeune en vieillissant avec le Feldenkrais. Ahhhhh, ça c’est génial !

Mara commente avec le rire de tout le monde : Ahhhhh, tu peux répéter ce slogan du tonnerre !!!

Anne :
C’est ça qui est frappant : devenir plus jeune en vieillissant. Normalement, quand tu vieillis, tu perds tes facultés, tu diminues, et là, au contraire, tu gagnes en ouverture, en fluidité.

Cybelle :
Comme on sort de la norme, alors, il y a toujours une possibilité.

Sarah :
Une envie de découvrir, de continuer à découvrir.

Cybelle :
C’est une liberté, car on découvre des choses qu’on ne connaît pas, on ne sait même pas que ça existe, ça nous amène toujours plus loin. Si ce soir on découvre ça, la semaine prochaine, on découvrira autre chose.

Anne :
C’est vraiment énorme pour moi, parce qu’avant, j’avais un problème physique dont je ne voyais pas le bout. J’ai une scoliose importante, et l’on ne me proposait rien, ou éventuellement une opération pour m’insérer une barre de fer dans le dos. Donc quelque chose de très lourd sur le plan médical, quelque chose de triste, de sombre, qui ne peut que s’aggraver. Le corps, c’était un ennemi. J’étais confrontée à un problème sans issue. Avec le Feldenkrais, je suis dans un processus tellement différent. Le corps n’est plus un ennemi. Et ça va dans d’autres domaines que physiques. Je trouve impressionnant de voir le chemin que ça me fait faire physiquement et pour le reste de ma vie. J’avais des douleurs, j’avais mal tout le temps, le mouvement était pénible, et maintenant, c’est agréable. Vivre sans avoir mal, c’est un énorme changement. J’ai fait le stage de Pentecôte l’an passé : j’avais mal debout, couchée, assise, et un an plus tard, c’est tout autre chose.

Cybelle :
J’ai aussi un soucis spécifique de santé. Et ce que je trouve génial, c’est que même si pour le moment ce n’est pas résolu, je me dis qu’il y a bien une solution quelque part, qui va peut-être passer par tout autre chose que ce que j’imaginais. Et c’est génial, c’est un nouvel horizon.

Anne :
Et ça ne passe pas par des efforts, pas par de la contrainte. Cela a des incidences sur la manière dont j’aborde les choses dans la vie. Je suis beaucoup moins tendue que je ne pouvais l’être.

Cybelle :
Il y a des positions que je ne pouvais pas adopter avant, et maintenant elles sont possibles. C’est étonnant, on commence à vivre sans que ce soit chaotique dans certains domaines. Et tout d’un coup, tu prends conscience de la progression. C’est assez ahurissant, ça !

Anne :
Sur le plan de l’apprentissage, je ne comprends pas toujours comment ça marche. Des fois, j’ai l’impression de ne pas avoir compris ce qu’on a fait. Je vois bien que ça fait du bien, mais je suis incapable de détailler comment le squelette fonctionne, etc. Par contre, je vois que ça a changé quelque chose.

Cybelle :
Ça fait tomber des peurs. Ça fait t’autoriser à sortir de la norme, ça va loin.

Cours adultes Feldenkrais – Que vous apporte la méthode ? 2/2

Témoignage audio. Interview des participants par Mara, et interaction avec elle, mars 2013 - Genève. Musique du groupe Chtriky.

C’est quoi ce Feldenkrais à la Mara ?

C’est de l’inspiration au quotidien, de la liberté de mouvement, du bien-être au quotidien, le mouvement en pensée, la conscience et la créativité.

  • J’ai découvert l’art de poser la contrainte pour arriver à faire des mouvements qu’on n’arrivait pas à faire avant dans son quotidien. C’est vrai que la contrainte ça rend créatif : ça été une révélation ! J’ai appris la visualisation.
  • Et je peux danser au bal maintenant, je ne reste plus assis dans mon coin. Je passe toute la soirée. J’arrive à avoir du plaisir !

> Ecoutez le document sonore !

Accompagnement suite à une opération lors du cancer du sein

Témoignage écrit, 2004 - Genève. Pratique de Mara Vinadia.

« A friend recommended me to Mara and Feldenkrais work when I was not having success with regular physiotherapy. The capsule around my shoulder articulation had contracted following surgery for breast cancer and lymph node sampling on the left side, followed by three rounds of chemotherapy.
I experienced intense pain in the shoulder and arm and had severely limited range of motion on that side of the body. I could not lie on my side or carry anything with the left hand without causing severe discomfort or pain. I could not touch the top of my head with my left arm, nor lie on either side of my body or my stomach to rest.

I had been seeing a traditional physiotherapist two to three times weekly for three months with very limited improvement in the arm. Finally I had an appointment with a rheumatologist whose only recommendation was a set of steroids taken orally and nasally in combination. I was told that it would take a year to a year and a half before my arm would return to normal functioning, if I were lucky.

Mara contracted with me for an initial six sessions in which she worked with not only my shoulder and arm but with my total body to help integrate new movement. Each week my range of motion increased and the pain decreased.

After six sessions I had significant increase in my range of motion and that has continued to increase even though I now have appointments only every 3 weeks.

Currently, I rarely have pain and feel I have enough range of motion to do anything I need to do in my daily life.

I am pleased and impressed with the work and the progress I have made. I can recommend Mara and Feldenkrais highly because I have experienced the benefits first hand.

Debra Dela, February 27, 2004, Geneva. »

2009 | Une maman témoigne – Cours «En marche bébé-famille / 0-1 an».

Témoignage vidéo, 2009 - Genève. Extrait du film hommage «30 ans de carrière», réalisé en 2013 par l'agence Citron Zébré. Caméra, Jacques Zurcher.

Mara Vinadia accompagne Marianne et Ilhem lors du cours bébé-famille. Interview de la mère, durant ce cours transdisciplinaire reflétant sa synthèse «La danse du développement», danse et Feldenkrais, auprès des bébés et des familles.

«J’ai envie de dire, c’est l’élever au rang d’être humain… Ce qui est fantastique, c’est ton écoute. Tu respectes son besoin et puis tu suis sa direction. Au-delà du cours, tout ce que ça peut apporter, ça m’apporte à moi… C’est très sain, ça m’aide à transformer mes habitudes…»

2007 | Les parents témoignent – Cours «En marche bébé-famille / 0-1 an».

Témoignages audio, 2007 - Genève. Document sonore réalisé par Mara Vinadia et un parent d'élève.

Les mamans, les papas et les grands-parents ont participé au cours expérimental «En marche bébé-famille» créé par Mara Vinadia en 2007.

« … Elle adore venir ici. Elle entend la cloche, et hop, c’est parti. Même fatiguée, elle va lutter pendant l’heure du cours, et après dans la poussette, elle va s’endormir. Tout passe par le relationnel : c’est très beau ! Tout prend un sens et c’est concret, ça enrichit beaucoup la relation, ça reste dans le jeu. Il y a beaucoup de plaisir. Le regard n’est absolument pas jugeant. Le fait de faire nous aussi les mouvements en relation avec son développement nous donnent des clefs. Les choses qui sont proposées viennent d’elles-mêmes.Ta façon de communiquer est très ouverte avec le bébé. Tu lui parles comme une personne.

Ce ne sont pas des cours où il y a 50’000 instruments. Un tapis, des ballons parfois. C’est simple, c’est naturel et efficace !

C’est aussi un accompagnement pour les parents : on s’accompagne ! …»

> Ecoutez la totalité du témoignage !

 

2001-2007 | Les parents témoignent – Cours individuel-familial.

Témoignages audio, période 2001/2007 - Genève. Document sonore réalisé en 2013 par l'agence Citron Zébré. Musique du groupe Chtriky.

Ils ont été accompagnés en cours individuel-familial.

« … Mara est pour nous, parents, une oreille attentive, perspicace, et parfois même un aiguillage, un phare rassurant face à nos doutes, nos difficultés à vivre au quotidien avec un enfant en souffrance.

Ce qui force mon admiration est la relation que Mara arrive à mettre en place avec l’enfant. Il règne une atmosphère de respect mutuel avec ses codes et ses rites.

Je suis toujours impressionnée par la capacité de Mara à être juste tout en étant adaptée à l’enfant.

On a confiance totalement. Vous observez des comportements et des stratégies d’apprentissage. L’enfant progresse hyper rapidement. Vous nous expliquez clairement, concrètement et simplement … »

> Ecoutez la totalité des témoignages | extraits de plus d’une centaine !

«La petite fille (2 ans), raide comme une allumette, qui tombe comme une quille».

Témoignage écrit de la maman de Mahaut, 2005 - Genève.

« Ce pourrait être une histoire (été 2005) : il était une fois Mahaut qui se tenait droite comme un “i”, raide comme une allumette et qui tombe telle une quille, directement sur la tête…

Cette petite fille, en quelques mois, s’est transformée en petite fille “grenouille”, capable d’asseoir ses fesses sur le sol, genoux repliés sur les côtés.

Tout ceci grâce à une bonne fée, Mara en tant que praticienne Feldenkrais, professionnelle passionnée et personne sensible et attentive.

Dès la fin de la 1ère séance, de retour à la maison, Mahaut s’est mise à jouer les genoux pliés ! C’était une première victoire… remarquée et soulignée par son père sceptique quant au bénéfice que Mahaut pourrait retirer de ses séances avec Mara.

Au fil des séances, Mahaut a appris à marcher à 4 pattes avec aisance, à rouler, à “gazouiller” davantage…

Ecrire aussi qu’au-delà des résultats, ce qui force mon admiration est la relation que Mara arrive à mettre en place avec l’enfant = l’enfant est pris comme un être à part entière, il règne une atmosphère de respect mutuel avec ses codes et ses rites.

Le cadre de travail est très rassurant, c’est-à-dire que chacun a sa place, chaque chose a sa place et chaque mouvement aussi. Rappeler aussi “la place” de l’écoute qui n’est pas seulement présente lors de la première séance, mais qui demeure au fil du travail.

Mara est capable de prendre le temps pour comprendre l’enfant lui-même mais également l’enfant et son environnement. Elle transmet son énergie, sa volonté d’avancer, de trouver des solutions, un chemin vers le mieux.

Lorsque Mahaut chute encore… elle tombe la plupart du temps en roulant sur elle-même… alors je l’imagine déjà très âgée, à un âge où on chute souvent, capable alors de tomber sans gravité, parce que Mahaut aura appris entre autres choses à rouler avec Mara… en quelque sorte un cadeau précieux pour la vie !

Alors, Mara, un grand MERCI. »

La maman de Mahaut.

Danse créative – Travail chorégraphique.

Témoignages audio, période 1988 à 2013 - Annecy/Genève. Document sonore réalisé en 2013 par l'agence Citron Zébré. Musique Chtriky.

Ex-danseuses de Zoé Compagnie, compagnie d’enfants-danseurs de Mara Vinadia en France, 1988/1999. Danseurs adultes à Genève, 2001/2005. Processus de création, écriture chorégraphique avec et par les enfants.

Les enfants devenus adultes lui écrivent 25 ans après, et c’est bouleversant !

Extraits :

  • Sa capacité d’écoute et d’attention … Zoé c’est la vie qui danse… Merci Mara pour tous ces vrais et bons moment de vie… La liberté de vivre sa danse pour petits et grands.
  • J’ai été baba de toutes les pistes, les outils pour explorer mon corps en mouvement … »

> Ecoutez la totalité des témoignages | extraits de plus d’une centaine !

Feldenkrais et enseignement de la musique.

Témoignages audio, article, Juin 1999 - Annecy.

Parution : Magazine de l’Ecole Nationale de Musique et de Danse d’Annecy | France. Applications de la méthode Feldenkrais à l’enseignement de la musique. Professeurs et élèves témoignent, piano, violon, guitare, flûte, clarinette, chant.

« … Je n’en crois pas mes oreilles ! Il faut le vivre pour le croire !

Je dois avouer ma stupéfaction devant les résultats obtenus tant en matière de sonorité, en décontraction et disposition à créer un moment musical de qualité … »

Séminaire de Mara Vinadia, formation continue des professeurs de l’Ecole Nationale de Musique et de Danse d’Annecy.

En Feldenkrais, des témoignages et des résultats éloquents et rares.Lire l’article | Télécharger l’article

> Ecoutez la totalité des témoignages !

Flûte traversière, confort du jeu musical et un corps en bonne santé.

Témoignage écrit, 2010 - Genève.
Par Violetta, musicienne, flûte traversière.

« J’ai rencontré Mara Vinadia en Juillet 2009 lors d’un stage découverte dans son studio. Ma démarche était surtout thérapeutique, les nombreux témoignages de collègues m’ont interpellée : il existait à Genève un endroit où l’on pouvait soulager les musiciens de douleurs liées à leur pratique instrumental et les aider à guérir. L’idée était intéressante.

Je me suis donc rendue à la première séance Feldenkrais.
J’ai connu Mara, sa personnalité singulière, sa trajectoire artistique et son envie d’étudier plus précisément le corps du musicien et son instrument.

Au fil du temps, j’ai découvert un merveilleux et vaste outil pour développer ma musique et mon enseignement. Effectivement, j’avais constaté depuis des années, que l’apprentissage ou l’enseignement d’un instrument de musique pouvait se faire dans la force et dans la gêne pour le corps, même si cela n’est pas notre intention initiale.

Grâce au travail de Mara Vinadia, j’arrive à mieux accepter les contraintes liées à la flûte traversière et à apporter ainsi beaucoup de plaisir. Car j’ai appris que le déploiement de la conscience corporelle se construit depuis le plus jeune âge et que cela évolue petit à petit.

D’un autre côté, sa rencontre m’a permis d’améliorer mes performances : l’ampleur du son, le confort du jeu. Et puis surtout : bouger, imaginer et jouir d’un corps en bonne santé ! »

Tomber sur des gens compétents pour avancer réellement !

Témoignage écrit, 2009 - Genève. Par une orthophoniste ayant pratiqué avec Mara Vinadia, étant elle-même devenue praticienne Feldenkrais depuis.

« Je dois dire que, comme pour beaucoup de rencontres avec des professionnels, il faut tomber sur des gens vraiment compétents (comme toi, en l’occurrence !) pour avancer réellement. »

Mara Vinadia, une approche unique dans la communauté Feldenkrais internationale !

Témoignage audio, 2013 - Montréal. Extrait du film hommage «30 ans de carrière» de Mara Vinadia, réalisé en 2013 par l’agence Citron Zébré. Par Sylvie Fortin chercheure dans le domaine des pratiques somatiques et de la santé à l'Université du Québec à Montréal, praticienne Feldenkrais.

« … Les connaissances acquises au sein de son parcours singulier sont mises au service d’une intervention qui dépasse la dimension pathologique pour englober l’insertion des changements dans la vie quotidienne de l’enfant au sein de sa famille.

Son approche holistique est unique dans la communauté Feldenkrais internationale.

Je filme son travail avec un bébé. L’oeil de la caméra est trop petit pour capter toute l’intelligence et l’amour qui se dégage envers cet enfant… »

> Ecoutez la totalité du témoignage !

 

Mara Vinadia est précurseure !

Témoignage audio, 2013 - Paris. Par Joëlle Aden, chercheure en sciences du langage et en pédagogie de l'énaction, spécialisée en didactique des langues à l'Université Paris Est - Paris XII, Paris Créteil.

« … J’ai été vraiment séduite par la profondeur de son questionnement. Je crois qu’elle est vraiment précurseure.

Son positionnement pédagogique est vraiment tout à fait remarquable. On peut dire que Mara a constitué un corpus phénoménologique impressionnant ! Tous les témoignages de métamorphose qu’elle a recueillis, montrent que son action a un véritable effet sur la plasticité neuronale. Il est tout à fait possible d’éprouver ces effets avec des recherches plus expérimentales.

Pour moi, le travail de Mara, c’est extraordinaire, c’est une théorie en acte ! … »

> Ecoutez la totalité du témoignage !

1982

Depuis 37 ans, excellence en pédagogie du mouvement danse et Feldenkrais,
pratique de pointe auprès des bébés, enfants et leur famille.


Avec ou sans handicap, des bébés aux seniors, CeMaVi est un centre de recherches appliquées en apprentissage du mouvement Feldenkrais.

Le centre CeMaVi développe principalement situé à Genève et à Carouge.

Le centre CeMaVi-Genevois français propose des activités adultes-seniors en Haute-Savoie, au coeur du Genevois français à Archamps/Collonges-sous-Salève; les lundis.

© 2019 Centre CeMaVi
© Crédit Photos Didier Devos
Conception site web Agence Citron Zébré